Commentaires élections municipales de 2020 à Orly

Commentaires sur les élections municipales du 15 mars 2020 à Orly

Les élections municipales de 2020 seront comparables à celles de 2014, mais différentes  pour deux raisons principales: d’une part, l’épidémie de Coronavirus a fait une entrée fracassante dans l’élection municipale en entraînant une abstention très forte, d’autre part il y a eu 8 listes contre 5 listes en 2014 qui se disaient toutes à gauche, alors qu’en 2020, deux listes pouvaient être classées  à droite.

Quoiqu’il en soit, rappelons les résultats des élections de 2014:

1er tour participation 51.54% soit 5775 votants

Liste JANODET 2351 voix 43.82% Liste MESSACI 1531 voix 28.53%  Liste PISANU 922 voix 17,18% Liste BOURIACHI 285 voix 5.31% Liste GINESTE 276 voix 5.14%

Au deuxième tour, la liste JANODET affrontait les 4 autres listes qui avaient fusionné.

2ème tour  11140 inscrits participation 56.4% soit 6287 votants

Liste JANODET 58.17% 3446 voix 28 élus Liste MESSACI 41.82% 2477 voix 7 élus

Election du 15 mars 2020

En 2020, 8 listes se sont présentées;

la liste Christophe DI CICCO (MoDem) Olivier GLOWINKOWSKI (LR) représentait une droite « dure ».  En témoignait la page facebook intitulée fièrement « Dieu, Honneur, Patrie » du dernier cité.                                                                                                                                      La liste Marco PISANU était soutenue par le député LREM Jean-François M’BAYE.  Elle comprenait des élus du groupe municipal                                                                                      La liste de Christine JANODET représentait la majorité municjpale de gauche « plurielle » (Gauche Citoyenne, PCF,PS). Elle était largement renouvelée (20 sur 35) et rajeunie.            La liste Brahim MESSACI (Gauche radicale) était la suite du groupe municipal.                    La liste de Philippe BOURIACHI (Vert/Gauche Radicale) était axée sur un binôme avec François PHILIPPON ancien adjoint au maire. entre 1983 et 2001 et conseiller général entre 2001 et 2008.  Il se prévalait du soutien des Verts départementaux sauf Génération Ecologie qui soutenait la maire sortante.                                                                                            La liste de Philippe MENAGER (Gauche Radicale) ancien 1er adjoint allié à Ghislaine PATRY ancienne adjointe.                                                                                                                  La liste de Florence AÏT-SALAH représentait la France Insoumise.                                            La liste de Valérie BARRAUD représentait Lutte Ouvrière.

Si nous voyons la campagne maintenant, seule la liste de Christine JANODET a assumé sérieusement  tous les secteurs de la campagne: réunions publiques, bilan, programme, tractages,collages,  porte à porte, comité de soutien, bureaux de vote, internet en respectant toutes les listes à l’exception peut-être du dernier meeting où Christine a répondu à quelques attaques entendues pendant la campagne.

Deux listes ont mené une campagne nationale et non municipale: celle de la France insoumise et celle de Lutte Ouvrière avec peu de matériel.

Les autres listes ont mené les travaux en fonction de leurs forces et ont privilégié certains aspects.

Par exemple, la liste de droite a privilégié le « boîtage » ainsi qu’une campagne de proximité dans ses zones de force (bureaux 2,3,4) ainsi qu’un meeting-théâtre!

Alors que toutes les autres liste avaient une ligne politique relativement claire,la liste de Marco PISANU a bien été perçue comme liste de la REM même si beaucoup des co-listiers le déniaient. les dissensions au sein de la liste étaient patentes. Après voulu intégrer la liste JANODET, certains voulaient en être de farouches adversaires! Sans oublier un des membres de cette liste qui a mené campagne sur les réseaux sociaux en déclenchant de multiples polémiques l

Si la campagne sur le terrain a été exempte d’incidents, cela n’a pas été le cas sur les réseaux sociaux et Philippe BOURIACHI en aura été le maître. Non content d’afficher son portrait partout dans la ville, il a mené pendant des mois une campagne essayant d’allumer des polémiques sur tous les sujets. polémiques auxquelles heureusement la liste de la majorité municipale n’a pas participé.

Résultats du 1er tour

Comme il était prévisible, la participation a été très faible. Si en 2014 elle s’était élevée à 51.54% (déjà faible), elle n’a atteint que 35.37% soit 16% de moins dus pour une très grande part à la peur du Corona-virus. Le clivage habituel entre le haut et le bas de la ville ressort alors avec des bureaux qui dépassent les 40% ( 2 Jean Moulin, 3 Maison de l’Enfance 4 Noyer-Grenot, et 11 Orangerie) avec un pic à 46% à la Maison de l’Enfance! alors que les bureaux dits du bas qui ont voté qu’à un peu plus de 30% avec un bas à 26.52% à Pablo Neruda. Cette différence démontre également le rejet de la politique dont on espère plus rien devant la dureté de la vie.

La liste de la majorité municipale arrive en tête avec 43.43% des exprimés et 1703 voix ce qui est proche des 43.82% de 2014 mais avec une perte de 648 voix sur les 2351  de 2014. C’est une vraie performance vu les critiques qui ont plu sur la liste de Christine JANODET jusqu’à sa personne même. Les zones de force sont dans le bas de la ville dans les bureaux 7,8,9,10 et 12 avec un pic au bureau n°7 avec 51.94% et de faiblesse dans les bureaux 3,4,5 et 6 avec un bas au bureau 4 à 36.18%. Cette cartographie n’a pas vraiment évolué depuis 2014.

Continuons maintenant par ordre d’arrivée:

La liste de Brahim MESSACI arrive en seconde position avec 16.25% et 637 voix contre 28.54% et 1531 voix en 2014. La liste a incontestablement pâti de la baisse très importante de la participation dans ses zones de force, mais aussi de la dispersion des voix de la gauche radicale. Son pic est au bureau 5 Romain Rolland avec 23.77% et son bas à 10.33% au bureau 2 Jean Moulin.

La liste de Philippe BOURIACHI est la seule liste qui ait profité du scrutin, avec 11.71% et 459 voix le 15 mars 2020 contre 5.31% et 285 en 2014. La stratégie payante à son niveau aura été d’afficher partout son affiche-portrait, de rechercher la polémique partout où elle pouvait être mise : « bois Grignon, centre médical Méliès, arbres du  parc Méliès » en couplant ses actions avec une activité permanente sur les réseaux sociaux en prenant grand soin de mêler demi-vérités et vrais mensonges. La seule voie valable et productive face à ce populisme était de l’ignorer ce que certains n’ont pas compris à leur dépens. Quoiqu’il en soit, Philippe BOURIACHI aura réussi la seule chose qui comptait pour lui: sa présence au conseil municipal!

La liste de Christophe DI CICCO- Olivier GLOWINKOWSKI assure de justesse sa présence au second tour de l’élection avec 10.46% et 411 voix. Absente depuis 2008 du conseil municipal, la droite signe son petit retour par sa stratégie de proximité dans ses zones de force soit les bureaux 3 Maison de l’enfance et 4 Noyer-Grenot.

Restent 4 petites listes dont l’une est éliminée avec 1.94% celle de LO.

les 3 autres dépassent de peu les 5%:

La liste de Philippe MÉNAGER et Ghislaine PATRY n’a récolté que 5.74% ce qui prouve qu’il ne suffit pas d’allier deux ex-adjoints même connus et méritants pour obtenir un bon résultat!

La liste de Florence AÏT SALAH de la France insoumise prouve qu’il ne suffit pas de se réclamer du patronage de Jean-Luc MÉLENCHON pour réussir. Encore faut-il avoir un programme municipal. Cette liste n’aura finalement servi qu’à nuire à la liste de Brahim MESSACI qui aurait eu besoin de ses 5.33%.

Enfin last but not least, la liste de Marco PISANU qui s’effondre passant de 17.19% en 2014 à 5.13% en 2020. Il était incontestablement très difficile de porter la politique de la REM et d’Emmanuel MACRON, mais en plus la liste n’a pas trouvé son terrain vu ses dissensions internes, certains voulant incarner une « gauche » macroniste. Après avoir voulu rejoindre la liste de Christine JANODET en gardant leur anti-communisme viscéral, ils ont attaqué la majorité municipale et Christine. De plus, un des membres de la liste s’est jeté dans une communication débridée et polémiste sur les réseaux sociaux!

Vu ces résultats, nous comprenons d’autant mieux la justesse lu vote  de la section en faveur de l’Union de la gauche en 2013!

Le second  tour des élections municipales étant reporté au plus tôt le 21 juin 2020, il nous faudra rester mobilisés pour l’emporter!

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elections municipales des 15 et 22 mars 2020 à Orly

Ces élections municipales de 2020 sont difficilement comparables à celles de 2014 pour deux grandes raisons: La première est qu’elles se déroulent pendant la crise du Corona-virus ce qui rend très compliquées les opérations électorales dans un climat anxiogène qui permet tous les fantasmes ne favorisant pas la participation électorale. la deuxième raison est un morcellement en 8 listes alors qu’il en avait 5 en 2014. De plus en 2014, toutes les listes se disaient de gauche. Cette fois-ci, la droite revient sous la forme de deux listes: d’une part une liste de « droite dure » coalition estampillée « Les Républicains » et « Mouvement Démocrate », coalition curieuse puisque le Facebook du leader LR porte fièrement le slogan « Dieu, Honneur, Patrie » qui fleure bon le 19ème siècle! D’autre part, une liste qui entretient  d’excellentes relations avec le député LREM Jean-François M’BAYE. Si certains s’acharnent encore à affirmer qu’ils ne sont pas LREM, chacun a compris qu’il s’agit d’une liste macroniste qui correspond parfaitement au bon mot de François MITTERRAND à propos des « centristes » qui disait « Les centristes ne sont ni de gauche, ni de gauche! La liste de Marco PISANU avait obtenu en 2014 17.19%.

La majorité municipale que nous pouvons qualifier de  « gauche plurielle » (Gauche Citoyenne, PCF, PS) est repartie largement renouvelée (20 sur 35 candidats étant nouveaux) us la même composition politique . Rappelons que la liste autour de Christine JANODET avait obtenu 43.82% en 2014.

En 2014,  la liste de Brahim  MESSACI avait obtenu

 

 

 

Si la droite et la majorité municipale se sont présentées relativement unies, toute autre aura été le spectacle donné du côté de la gauche  radicale: pas moins de 5 listes!

La campagne électorale aura été  courte et relativement intense, mais également assez curieuse, dans la mesure où la majorité municipale sortante a été la seule à la mener à tous les plans: bilan et programme, réunions publiques, distribution, tractages, porte à porte, internet.  Toutes les autres listes se sont affranchies de quelques règles logiques propres aux élections municipales.